關於部落格
周星星電影評論
  • 2563564

    累積人氣

  • 309

    今日人氣

    12

    追蹤人氣

le 12 juin 2018

Après « beaucoup de progrès », Donald Trump et Kim Jong-un
ont signé un document commun


« C’était vraiment une rencontre fantastique », s’est réjoui le président des Etats-Unis lors du sommet avec son homologue nord-coréen à Singapour.

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 12.06.2018 à 03h49 • Mis à jour le 12.06.2018 à 14h54

L’image a longtemps été inimaginable. Il y a à peine quelques semaines, le « vieux fou » et le « petit gros » s’insultaient par médias interposés. Mais, mardi 12 juin, c’est par une poignée de main chaleureuse et des amabilités que le président des Etats-Unis, Donald Trump, et le dirigeant de la Corée du Nord, Kim Jong-un, se sont salués à Singapour lors d’un sommet inédit dans l’histoire des relations entre leurs deux pays.

A l’issue de ce rendez-vous, MM. Trump et Kim ont signé un document commun où le dirigeant nord-coréen s’engage au respect du principe d’une « dénucléarisation complète de la péninsule coréenne ». De son côté, le président américain « s’est engagé à fournir des garanties de sécurité » à la Corée du Nord. Cet accord comporte quatre points principaux :

˙     les Etats-Unis et la Corée du Nord s’engagent à établir de nouvelles relations conformément à la volonté de paix et de prospérité des peuples des deux pays ;

˙     les Etats-Unis et la Corée du Nord associeront leurs efforts pour bâtir un régime de paix durable et stable dans la péninsule coréenne ;

˙     réaffirmant la déclaration de Panmunjom du 27 avril (signée par les présidents coréens), la Corée du Nord s’engage à travailler à une complète dénucléarisation de la péninsule coréenne ;

˙     les Etats-Unis et la Corée du Nord s’engagent à restituer les restes des prisonniers de guerre et des portés disparus au combat, avec un rapatriement immédiat de ceux déjà identifiés.

Dans une conférence de presse donnée par Donald Trump pendant plus d’une heure, peu après la rencontre entre les deux hommes, le président étyats-unien a annoncé la fin prochaine des exercices militaires organisés conjointement avec la Corée du Sud.

« Alors que nous sommes en train de négocier un accord global, très complet, je crois qu’il n’est pas approprié d’avoir des exercices militaires », a dit M. Trump à Singapour. Il a souligné que l’arrêt de ces exercices permettrait d’« économiser beaucoup d’argent ». Ces exercices seront relancés si les futures négociations avec Pyongyang ne se déroulent pas comme prévu, a-t-il toutefois averti.

M. Trump a également exprimé une nouvelle fois son souhait de retirer, le moment venu, les soldats américains déployés en Corée du Sud, tout en assurant que cela ne faisait pas partie des négociations avec Pyongyang.

Pour Kim Jong-un, « une nouvelle ère »

Avant de s’envoler pour les Etats-Unis, et alors que M. Kim était déjà parti, Donald Trump a tenu une conférence de presse de plus d’une heure, mardi en fin de matinée, pour revenir sur cette rencontre inédite. Il a notamment affirmé l’« engagement indéfectible » du dirigeant nord-coréen à dénucléariser totalement la péninsule coréenne. M. Trump a jugé que M. Kim avait « une occasion unique » et que ce dernier lui avait assuré qu’un site d’essai balistique « allait être détruit très prochainement ».

Le document ne mentionne toutefois pas l’exigence états-unienne de « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible » – formule qui signifie l’abandon des armes et l’acceptation d’inspections –, mais réaffirme un engagement antérieur plus vague. M. Trump a par ailleurs annoncé qu’il avait invité son homologue nord-coréen à la Maison Blanche, à Washington.

M. Trump a également affirmé qu’il mettrait fin aux sanctions à l’encontre de la Corée du Nord quand « la menace nucléaire sera complètement abandonné ». Enfin, le président des Etats-Unis a annoncé qu’il comptait renoncer aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, décrits comme « très provocateurs » à l’égard de la Corée du Nord.

De son côté, le dirigeant nord-coréen a salué une « rencontre historique » après avoir apposé son paraphe :

« Nous avons décidé de signer un document pour la nouvelle ère qui s’annonce. On va voir un changement très important, on a tourné la page du passé. Je remercie M. Trump pour avoir organisé cette rencontre, merci. »

A l’ouverture du sommet, Kim Jong-un s’est félicité que Nord-Coréens et Américains aient réussi à « surmonter les nombreux obstacles » qui ont failli empêcher la tenue de la rencontre. Souriants et pouce levé, les deux hommes ont ensuite demandé à la presse de sortir pour un entretien en tête-à-tête qui a duré une quarantaine de minutes.

Cocktail de crevettes et tarte tropézienne

Les deux dirigeants ont ensuite été rejoints par leurs délégations pour des discussions élargies consacrées à la dénucléarisation de la Corée du Nord et à la fin des hostilités dans la péninsule. Côté américain étaient notamment présents le secrétaire d’Etat, Mike Pompeo, et le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, connu pour son hostilité au régime de Pyongyang.

Puis, MM. Trump et Kim ont participé à un déjeuner de travail dans l’hôtel de luxe. Au menu, un savant mélange de mets occidentaux et asiatiques : cocktail de crevettes, porc croustillant sauce aigre-douce et tarte tropézienne. A la table, M. Kim était accompagné de son bras droit, Kim Yong-chol, qui a récemment fait le déplacement à la Maison Blanche, et de plusieurs autres dirigeants du parti au pouvoir, dont sa sœur, Kim Yo-jong.

Au sortir du repas, le président états-unien a déclaré que ce sommet historique avait permis de faire « beaucoup de progrès ». « C’était vraiment une rencontre fantastique » qui s’est déroulée « mieux que quiconque aurait pu imaginer », a-t-il lancé à la presse, au côté de Kim Jong-un. Mike Pompeo, la cheville ouvrière du sommet côté américain, va se rendre en fin de journée à Séoul pour informer ses homologues sud-coréen et japonais du contenu des discussions, avant de faire de se rendre en Chine.


posté le mardi 12 juin MMXVIII




Ce qu'il faut retenir des annonces de Donald Trump et Kim Jong-
un à Singapour


Les deux chefs d’Etat se sont engagés à une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne, tout en garantissant la sécurité de la Corée du Nord.

LE MONDE | 12.06.2018 à 13h23

Pas de percée majeure sur l’arsenal nucléaire nord-coréen, mais plusieurs poignées de mains et une bonne entente affichée. Après cinq heures de discussions, d’abord en tête à tête puis en compagnie d’une partie de leur délégation, le président des Etats-Unis, Donald Trump, et le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, ont signé, mardi 12 juin, un document commun devant les caméras du monde entier.

Les deux hommes se sont ensuite exprimés pour détailler les résultats de ce sommet inédit, organisé à Singapour, alors que de nouvelles discussions devraient avoir lieu dès la semaine prochaine entre Washington et Pyongyang.

Le point sur ce qu’il faut retenir des annonces à l’issue de ce sommet historique.

Une « complète dénucléarisation de la péninsule coréenne »

Donald Trump et Kim Jong-un ont répété l’engagement pris par le dirigeant nord coréen, à la fin d’avril à la Maison Blanche, de « travailler à une complète dénucléarisation de la péninsule coréenne ». La dénucléarisation va commencer « très rapidement », a précisé le président états-unien. « Nous avons signé un document global, très exhaustif. Et je pense que ce document nous mènera à la dénucléarisation. Je pense que [Kim Jong-un] va engager le processus tout de suite, dès qu’il va atterrir en Corée du Nord. »

Le document ne mentionne toutefois pas l’exigence américaine de « dénucléarisation complète, vérifiable et irréversible », une formule qui signifie l’abandon des armes et l’acceptation d’inspections. Donald Trump a cependant affirmé que ce processus serait vérifié, ce qui impliquera, selon lui, « beaucoup de monde en Corée du Nord ».

Lors d’une discussion de plus d’une heure avec des journalistes, peu après le départ de Kim Jong-un pour Pyongyang, le président américain n’a pas été en mesure de donner de précisions sur un calendrier du démantèlement des installations nucléaires en Corée du Nord. Les discussions pour sa mise en œuvre doivent commencer dès la semaine prochaine sous la houlette du chef de la diplomatie des Etats-Unis, Mike Pompeo.

Donald Trump a également affirmé que Kim Jong-un lui avait dit qu’un site d’essai balistique « allait être détruit très prochainement ».

Arrêt des exercices militaires conjoints avec Séoul

Le président états-unien a annoncé qu’il mettrait fin aux exercices militaires conjoints avec la Corée du Sud, une concession de taille vis-à-vis de Pyongyang. Le gel de ces manœuvres, décrites comme « très provocatrices » à l’égard du Nord et sources de tensions récurrentes, était une exigence ancienne de la Corée du Nord.

« Alors que nous sommes en train de négocier un accord global, très complet, je crois qu’il n’est pas approprié d’avoir des exercices militaires », a dit M. Trump à Singapour. Il a souligné que l’arrêt de ces exercices permettrait d’« économiser beaucoup d’argent ». Ces exercices seront relancés si les futures négociations avec Pyongyang ne se déroulent pas comme prévu, a-t-il toutefois averti.

La présidence sud-coréenne a déclaré ne pas avoir été prévenue de l’arrêt de ces manœuvres. « Nous devons établir le sens précis ou les intentions contenues dans les remarques du président Trump », a réagi un porte-parole.

Pas de levée des sanctions

Le document ne mentionne pas les sanctions ni la conclusion finale d’un traité de paix, alors que les deux Corées sont toujours techniquement en état de guerre depuis leur trêve signée en 1953. Donald Trump a affirmé qu’il mettrait fin aux sanctions à l’encontre de la Corée du Nord lorsque « la menace nucléaire sera complètement abandonnée ».

La présence militaire américaine dans la péninsule ne devrait pas décroître dans l’immédiat, même si le président a réaffirmé son souhait de retirer, le moment venu, les soldats américains déployés en Corée du Sud.

Des garanties de sécurité

Pour convaincre la Corée du Nord de renoncer à son arsenal nucléaire, que le régime a toujours considéré comme une forme d’assurance-vie, Donald Trump s’est formellement et personnellement engagé dans le document conjoint à apporter des « garanties de sécurité ». Elles seront « uniques » et « différentes » de celles proposées jusqu’ici, a promis Mike Pompeo.

Restitution des corps des prisonniers de guerre

Les Etats-Unis et la Corée du Nord s’engagent, dans le document signé, à restituer les restes des prisonniers de guerre et des portés disparus au combat, avec un « rapatriement immédiat » de ceux déjà identifiés. Il s’agissait d’une demande ancienne de la part des Coréens.


posté le mardi 12 juin MMXVIII




« Aquarius » : Macron dénonce la « part de cynisme et d'irrespon-
sabilité du gouvernement italien »


Le gouvernement ne s’est exprimé que mardi matin sur la situation du navire humanitaire bloqué depuis dimanche en Méditerranée avec 629 migrants secourus à son bord.

Le Monde.fr avec AFP | 12.06.2018 à 12h15 • Mis à jour le 12.06.2018 à 17h31

La réaction tardive de la France, mardi 12 juin au matin, au sort de l’Aquarius, navire d’une association bloqué depuis dimanche en Méditerranée avec 629 migrants secourus à son bord, a provoqué des regrets, voire a suscité la colère, d’une large partie de la classe politique.

Face au silence du gouvernement, les nationalistes corses ont offert, tôt dans la matinée, à l’Aquarius d’accoster dans l’un de leurs ports. Il sera finalement accueilli à Valence par l’Espagne, seul pays à s’être proposé à le recevoir :

Gilles Simeoni @Gilles_Simeoni

Manque de vivres, mauvaises conditions météo, et port espagnol trop éloigné : face à l'urgence, le Conseil exécutif de Corse propose à @SOSMedFrance d'accueillir l'#Aquarius dans un port #Corse

13:00 - 12 juin 2018


C’est à la suite de cette proposition que le gouvernement français est sorti prudemment de sa réserve.

Macron et le gouvernement sortent de leur silence

Attendue, la réaction du chef de l’Etat a fini par arriver. Emmanuel Macron a dénoncé en conseil des ministres la « part de cynisme et d’irresponsabilité du gouvernement italien », qui a refusé d’accueillir l’Aquarius, a rapporté le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux.

Le chef de l’Etat « a tenu à rappeler le droit maritime », qui dispose « qu’en cas de détresse ce soit la côte la plus proche qui assume la responsabilité de l’accueil ». « Si un bateau avait la France pour rive la plus proche, il pourrait accoster » en France, car « c’est le respect du droit international », a ajouté le président, qui a salué le courage de l’Espagne, selon le porte-parole.

Le premier ministre s’est dit « heureux » mardi devant l’Assemblée nationale de la décision de l’Espagne :

« Nous sommes évidemment prêts à aider les autorités espagnoles pour accueillir et analyser la situation de ceux qui, sur ce bateau, pourraient vouloir bénéficier du statut de réfugié. »

Edouard Philippe a « pointé le non-respect » par l’Italie de ses « obligations », selon lesquelles l’Etat le plus proche d’un bateau en détresse doit le secourir, l’Aquarius se trouvant au large de la Sicile. L’Italie « a choisi de ne pas le faire et donc de méconnaître ses responsabilités », a déclaré M. Philippe.

Interrogé par le député LRM Pieyre-Alexandre Anglade, le premier ministre a répondu que « cet épisode extrêmement cruel et douloureux montr[ait] qu’il n’y a pas d’espoir d’une solution nationale à ce problème ». « La réponse ne peut être qu’européenne », a-t-il dit, ajoutant que le « sujet sera[it] évoqué » mardi et mercredi prochains lors du conseil des ministres franco-allemand à Berlin.

Si la France soutient l’Espagne dans sa proposition d’accueillir l’Aquarius à Valence, elle demande néanmoins à l’Italie de revenir sur son refus d’accueillir le navire pour éviter un long périple supplémentaire aux migrants qui s’y trouvent, a déclaré mardi le ministre des affaires étrangères Jean-Yves Le Drian.

Avant eux, sur Sud Radio, le secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne, avait qualifié de « facile » la position de Gilles Simeoni, dans la mesure où ce dernier n’est « pas aux responsabilités ». Puis, Nathalie Loiseau, ministre auprès du ministre de l’Europe et des affaires étrangères, avait déclaré sur LCP :

« Nous n’avons pas été saisis d’une demande de la part de l’ONG SOS-Méditerranée pour une raison simple, c’est que pour se rendre en France, c’est aussi plusieurs jours de mer, dans une mer qui n’est pas bonne, avec des passagers qui ne sont pas en bonne santé. »

Levée de boucliers à gauche et au sein de la majorité

A gauche comme au sein de la majorité, les réactions à l’attitude de l’exécutif ont fusé. L’eurodéputé écologiste Yannick Jadot a salué sur Twitter la proposition corse, fustigeant au passage le gouvernement :

Yannick Jadot @yjadot

Merci aux dirigeants corses d’offrir un espoir aux survivants de l’#Aquarius. Le gouvernement français, dont la politique en matière d’asile nourrit l’extrême-droite italienne depuis des mois, va-t-il définitivement enterrer nos principes et nos obligations humanitaires ?

14:24 - 12 juin 2018


Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération·s, a remercié les Espagnols de « faire simplement leur devoir d’humanité ». Quant aux députés communistes, ils ont dénoncé le « silence extrêmement coupable du gouvernement et du président Macron ».

Jean-Luc Mélenchon, de La France insoumise, qui n’avait pas encore officiellement réagi à ce sujet, a interpellé le gouvernement à l’Assemblée nationale :

Alexandre Lamarié @AlexLemarie

« Et la France ?! », crie Mélenchon et ses troupes pendant l’intervention d’@EPhilippePM ciblant l’Italie #Aquarius

21:21 - 12 juin 2018


La députée La France insoumise Bénédicte Taurine a dénoncé « le silence et l’inaction complice du gouvernement » :

Alexandre Lamarié @AlexLemarie

3ème question sur l’#Aquarius lors des #QAG : cette fois de @BenedictTaurine de LFI dénonçant le « silence et l’inaction complice » du gouvernement

21:35 - 12 juin 2018


Les députés de la majorité grincent des dents

Mais la position française a surtout fait grincer des dents parmi les députés La République en marche (LRM). Anne-Christine Lang, députée de Paris, a ouvert le bal en regrettant ouvertement sur Twitter que Paris n’ait pas proposé d’accueillir le bateau et ses migrants :

Anne-Christine Lang @AChristine_Lang

Face à l’urgence et à la détresse absolue, la France se serait honorée à faire une exception et à accueillir les passagers de l’#Aquarius.@LaREM_AN

14:50 - 12 juin 2018


Une dizaine de députés de la majorité ont ainsi tour à tour loué l’attitude espagnole, tout en fustigeant la politique immigratoire du gouvernement, à l’instar de Sébastien Nadot, député LRM de la Haute-Garonne :

NADOT @Sebastien_Nadot

La #France paralysée dans sa #solidarité.
La loi #asile et #immigration n'est pas qu'un symbole : elle a abaissé les droits des demandeurs d'asile et recroquevillé l'espace mental de nos frontières. #Europe ?
Bravo l'#Espagne ! #Aquarius #Valencia https://twitter.com/afpfr/status/1006194595321937925 …

16:12 - 12 juin 2018


Alexandre Lamarié @AlexLemarie

#Aquarius : @GabrielAttal, @huguesrenson, @Sonia_Krimi, @saidahamada, @ebothorel... Plusieurs députés LRM pressent le gouvernement français de réagir, au lieu de rester silencieux. Une fois encore, divergences au sein de la majorité sur le sujet (sensible) de l'immigration

17:58 - 12 juin 2018


Deux d’entre eux, Guillaume Gouffier-Cha et Fiona Lazaar, ont adressé une lettre à Emmanuel Macron. Ils y écrivent que « la France […] ne peut rester silencieuse devant le drame humain qui s’opère dans la Méditerranée », et qu’elle doit être « moteur dans [la] construction » d’une « réelle politique migratoire européenne ».

Le porte-parole du mouvement LRM, Gabriel Attal, s’était également exprimé dans la matinée sur Public Sénat, disant « ne pas imaginer que la France ne participe pas à trouver une solution humanitaire », puis s’en prenant à Matteo Salvini :

« Ce que je pense, c’est que la position, la ligne du gouvernement italien, est à vomir. C’est inadmissible de faire de la petite politique avec des vies humaines, comme ce qui est fait en ce moment. »

La droite partagée, l’extrême droite applaudit

A droite, les avis sont partagés. Laurence Sailliet, porte-parole Les Républicains (LR), a regretté qu’« Emmanuel Macron n’[ait] pas pris position ».

Le député de la Manche Philippe Gosselin a également déclaré à l’Assemblée nationale que « sur l’Aquarius, nous ne sommes pas très glorieux » :

« Pour moi, il y a non-assistance à personnes en danger. Je fais partie de ceux qui veulent des contrôles fermes aux frontières, sans angélisme aucun. (...) Pour autant une fois que les gens sont en bateau , avec des blessés , des enfants et des malades, c’est une atteinte à l’humanité que de ne pas les accueillir! »

En revanche, le député (LR) des Alpes-Maritimes Eric Ciotti a clairement affiché sur CNews son refus d’accueillir l’Aquarius dans « aucun port français, ni Corse, ni Nice, ni Marseille ». « On veut que Nice devienne Lampedusa [île italienne où des centaines de milliers de migrants ont débarqué ces dernières années] ? », a-t-il lancé, disant espérer « qu’il y aura une extrême fermeté là-dessus des autorités françaises ».

Seule l’extrême droite a salué unanimement la décision italienne de refuser d’accueillir le navire humanitaire. « La réaction de Salvini est salutaire (…) Il faut qu’ils retournent d’où ils viennent », a tweeté Marine Le Pen.

L’un après l’autre, les cadres du Rassemblement national (RN, ex-FN) se sont félicités sur les réseaux sociaux depuis lundi de la décision de Matteo Salvini, le nouveau premier ministre italien, allié du RN à Bruxelles :

David Rachline @david_rachline

Que les "ONG" cessent de jouer avec nos bons sentiments : ce sont elles qui vont chercher ces pauvres hères sur les côtes africaines, mettent les pays européens devant le fait accompli, et mettent la vie de ces migrants en danger. Bravo à @matteosalvinimi qui ose dire STOP !

20:24 - 11 juin 2018


Philippe Vardon @P_Vardon

Pendant qu’en Italie notre allié @matteosalvinimi refuse de nouveaux débarquements de clandestins, la France reste ouverte à tous les vents. Et c’est désormais à #Nice06 que s’installe un camp de migrants ! Il faut en finir avec le laxisme migratoire. http://www.nicematin.com/faits-divers/un-campement-de-refugies-sest-installe-dans-la-plaine-du-var-a-nice-237507 …

05:09 - 12 juin 2018


En séance plénière au Parlement européen, mardi, le député européen RN Nicolas Bay a lui aussi évoqué la « méthode » Salvini, déclarant qu’il était « urgent » de « mettre en œuvre une véritable coopération européenne pour défendre efficacement les frontières extérieures en s’inspirant de l’action de la Hongrie hier et de l’Italie aujourd’hui ».

Invité la veille sur Franceinfo, le porte-parole du parti d’extrême droite Julien Sanchez avait déjà assuré que son parti « aurait pris la même décision que Salvini. Accueillir une immigration supplémentaire est irresponsable ».

Dans un communiqué intitulé « Bravo Salvini ! », Nicolas-Dupont Aignan a également salué la décision italienne. Le président de Debout la France a « regretté en revanche » que l’Espagne « décide d’ouvrir ses ports », critiquant « la politique folle de l’Union européenne ».

Madrid appelle à la solidarité européenne

A Madrid, le tout nouveau ministre des affaires étrangères, Josep Borrell, a insisté sur « la nécessité pour les Européens (…) de faire face de manière solidaire et coordonnée à un problème qui est celui de tous, et non pas pendant un an celui de la Grèce, l’année suivante celui de l’Italie », dénonçant :

« L’Italie a reçu un flux énorme de migrants et il n’y a pas eu jusqu’à présent beaucoup de solidarité de la part des autres pays européens. »

Le premier ministre maltais, Joseph Muscat, qui avait comme l’Italie refusé d’accueillir l’Aquarius, a, lui, simplement remercié Madrid pour l’accueil du navire.


posté le mardi 12 juin MMXVIII


aller à la page 689




法國巴黎一人/兩人自由行全方位攻略

《世界的起源》(L'ORIGINE DU MONDE, 1866)
https://jostar2.tian.yam.com/posts/82128181  

《理想國》第一卷開場
https://jostar2.tian.yam.com/posts/33110888  

西元前希臘哲學跟中國孔子對照表(新排版)
https://jostar2.tian.yam.com/posts/25882333  

〈基督教只能是新教?有沒有搞錯?〉
https://jostar2.tian.yam.com/posts/36666081  







相簿設定
標籤設定
相簿狀態